Nos visages (4)

Projet 2019 - 2023, suite :
automne 2020

Avec Rhéso...

Constante importante de la période que je traverse : mon travail avec les personnes hébergées par Rhéso. En effet, chaque semaine, depuis septembre 2019, (sauf moments de confinement forcé), j'y ai fait des portraits, à la maison de Terradou d'abord, puis à Carpentras, au troisième étage du nouveau bâtiment appelé Le Mosaïque.

RHESO ( www.rheso.fr) est une association vauclusienne qui agit contre les exclusions sociales et pour la défense des droits humains (hébergement, logement, insertion professionnelle, violences conjugales, formation...). Moi, je vais au troisième étage où sont regroupés certains logements ouverts aux personnes en difficulté... Ces difficultés peuvent toucher tout le monde : elles peuvent être d'ordre social, familial, concerner la santé, la justice, la culture ou tout autre domaine...

Les hébergés de Rhéso m'accueillent donc chaque semaine, le jeudi en début d'après-midi. On se retrouve, et je travaille bientôt avec celui, celle, qui est là et qui a envie que je fasse son portrait...

En général je commence au crayon sur papier blanc, pour un premier travail de découverte, puis je passe à un second avec des pastels gras sur papier coloré. A la fin de chaque pose, je fais des photos pour pouvoir continuer chez moi, à la peinture acrylique, ou dans d'autres techniques. Pour chacun, chacune, je fais toujours au minimum trois portraits, et souvent beaucoup plus...

 




         

      A chaque visage, ses multiples facettes, sa lumière, sa vitalité, son énergie particulière.       



       

       
      Dans les rues, les regards fuient ...

  

         

       Moi, je dessine pour apprendre à voir...



      

     Je refuse également la caricature et l’esthétisation  



       

       Portrait, moment de rencontre où l’on accepte de se regarder face à face



       

 
     Tu as accepté mon regard sur toi, et je te vois, je te regarde,
     nous nous acceptons l’un l’autre
...


      

 
       Apprendre à regarder, se voir les uns les autres,
       c'est aussi le but peut-être de ce travail...

 

Le moment du portrait est un moment fort. C’est un dialogue des corps immobi-les et des regards vifs. On regarde et on est regardé, avec une très grande atten-tion à la fois neutre et empathique. Cela crée une sorte de moment de vérité.

Mon travail, mon regard est absolument positif. Chaque visage pour moi est une merveille et un mystère porteur de toutes les puissances de la vie. Tous les visages, sans exception. A chaque instant, je cherche à rendre ce que je vois, la réalité profonde, l’énergie vitale qui habite ce regard-ci, cette personne...

Poser, c'est s'exposer, se mettre en danger ? Mais dans la confiance, ce peut être une expérience très positive. Accepter soudain de ne rien faire d'autre qu'être présent ici et maintenant... prendre meilleure conscience et fierté de son propre visage ! Le portrait nous fait travailler tous, - absolument tous - sur la valeur absolue de nos visages, quels qu’ils soient, inconditionnellement.

 



Cette année, j'ai travaillé avec 33 personnes logées par Rhéso,
et pour chacune d'elles, j'ai fait entre trois et dix portraits.
Autant de rencontres, autant de facettes de riches personnalités.



3 octobre 2020          
(à suivre)            








Dernière modification le 07/10/2020



Site propulsé par ZitePlus et personnalisé par 1001mains.net

Identifiez-vous
Déconnexion.

Dernière mise à jour le zp 17/10/2020