Panthéon - Nadar





 Triptyque  réalisé dans les premiers mois de 2009 pour conclure
les longs mois de compagnonnage avec les photographies de Nadar.

[ Acrylique sur panneaux de contre-plaqué 70 x 130 cm ]




   


     Il s'agissait de créer des rassemblements imaginaires, vraisemblables ou impossibles,
     évidents ou surprenants, de contemporains qui se connurent ou s'ignorèrent, furent amis,
     rivaux, ennemis parfois, et qui, tous, occupèrent alors une place, dans la peinture, la
     littérature ou la politique.

     Ils ont été photographiés par Nadar. Ils se sont donc tous rendus dans son atelier du
     Boulevard des Capucines. Peut-être s'y sont-ils croisés ? La seule certitude c'est
     qu'aujourd'hui ils appartiennent à son oeuvre, et continuent de figurer, aussi grâce à lui,
     dans le vaste nuage de nos mémoires.



 

 
           Des peintres

De gauche à droite et de haut en bas,
Jean-François Millet, Edouard Manet, Eugène Delacroiox, Jean-Baptiste Camille Corot  et  Honoré Daumier.


L'Angélus de Millet est peut-être l'image la plus souvent reproduite au XIXème siècle. On la retrouve encore aujourd'hui dans des fermes, au fond des campagnes.

Manet et Delacroix dominent de très haut toute la peinture du milieu du siècle, jusqu'à la naissance de l'Impressionnisme.

Daumier, marseillais monté à Paris est un génie du dessin, et en particulier de la caricature.
Sa peinture, puissante, ne sera vraiment reconnue qu'au XXème siècle.


Daumier termine sa vie dans une misère noire. Il est alors recueilli par Corot, célèbre pour ses paysages.

 

 

Des écrivains

Debout,
Théophile Gauthier, Emile Littré et Charles Baudelaire

Assis,
Gérard de Nerval, Victor Hugo et Alexandre Dumas

Nerval et Baudelaire, les poètes, les plus torturés, connaissent les vies les plus brèves, aucun d'eux n'atteint 50 ans...

Littré est resté célèbre pour son dictionnaire mais il a fait aussi bien d'autres choses !


Le mettre dos à dos avec Gauthier était amusant :
le premier est célèbre pour son roman du
Capitaine Fracasse, roman d'une si incroyable richesse de vocabulaire qu'il nécessite souvent l'usage du dictionnaire ...

Quant à Hugo, le colosse qui domine de  très haut tout le siècle, "Père de la République", c'est aussi une tête, une barbe et un ventre...

 

 

Des politiques

Ici un rassemblement explosif d'inconciliables :

François Guizot, Adolphe Thiers, Eugène Pelletan, Mikhaïl Bakounine et Pierre-Joseph Proudhon

Au centre, Monsieur Thiers, l'homme politique majeur du XIXème. Il incarne la République face à Louis Philippe. Il s'oppose au libéralisme de Guizot puis à Napoléon III, sans aucune concession. Mais sa carrière politique est entachée par la répression de la Commune en 71. La gauche ne le lui pardonnera jamais.

En bas, assis,
Bakounine et  Proudhon sont les penseurs et les défenseurs de l'anarchie et du socialisme. Non loin de Marx, ils sont les pères de la gauche en France et en Europe.

Quant à Pelletan, il est un des fondateurs de la troisième république... et il a une figure impressionnante de beau ténébreux !

                                                                                                                  Saint-Didier, le 17 juin 2020








Dernière modification le 05/08/2020



Site propulsé par ZitePlus et personnalisé par 1001mains.net

Identifiez-vous
Déconnexion.

Dernière mise à jour le zp 17/10/2020