Auguste Rama

SOUVENIRS 1914 - 1919
Une traversée de la Grande Guerre


Edition réalisée par Cécile et Louis Rama

Un livre de 270 pages et 14 illustrations, format poche,
Editions Regard, Marie Morel, au prix de 12 €


Auguste Rama est un fils de paysans né en 1883 à Quintenas en Ardèche, près d’Annonay. Son frère aîné garde la ferme et les terres. Lui, avec ses deux frères cadets, il passe le Rhône. Ils reprennent une imprimerie à Romans, dans la Drôme.

En 1914, il a 31 ans. De santé fragile, il est d’abord jugé inapte au front, et employé à divers travaux d’écriture ou de gardiennage jusqu’en janvier1916. Mais après les saignées des premières années, tout est bon pour le front ! Après quelques mois d’instruction, il connait très vite le baptême du feu à Verdun… Il sera plus tard blessé au Chemin-des-Dames...

Evacué en 1918,  marqué à tout jamais par ce qu’il vient de vivre, il lit tout ce qui s’écrit, Barbusse, Dorgelès, Remarque, mais il en est toujours insatisfait. Dans les années 60, à plus de 80 ans, il se met à son tour à écrire, dans des cahiers d’écolier, à la plume et à l’encre de chine, les Souvenirs de sa vie, …Plus de 700 pages dont environ 130 consacrées à  la guerre de 14.

Ce sont ces pages que nous offrons ici. Leur sincérité, leur accent de vérité sans artifice en font un témoignage de très grande qualité. On n’y trouvera pas de révélation historique mais on y découvre un homme simple, droit, attentif aux autres et aux événements. Il est doué d’une mémoire exceptionnelle et armé d’une écriture parfois naïve mais loyale, exigeante.

 

 


Il  n’a pas besoin de fabriquer des « effets de réel ». Il raconte, il écrit, et c’est ça, c’est là, c’est vrai, avec une rare évidence. Les publics qui en ont entendu lecture ces dernières années en ont été touchés, bouleversés.
                                      
 


 Table des matières:



     I - Août 1914 / Juillet 1916,  mobilisation, caserne et instruction

- Été 14,  Romans, le deuil et l’angoisse,  /- Août 14-avril 15, mobilisation, caserne de Privas - Bureau du trésorier ? ou en route pour Berlin ?  /- Premiers morts, visite médicale, prisonniers allemands./- Pâques15, Usine du Pouzin - Mort de Louis Sestier. /- Juin 15-Janvier 16,  Inaptitude définitive ? Non ! Apte. /- Février 16,  Permission agricole et mariage. /- Printemps 16, Instruction, Chomérac, Massillan, Lamanon. /- Un caporal d'ordinaire blond !… qui fait pourtant ses preuves !  /- Le départ.

     II - Juillet 1916 / janvier 1917, Verdun 

 - Arrivée à Verdun.  /- Rejoindre son unité, le 99ème, à La Chiffour. /- Montée en ligne, premiers apprentissages.  /- Première nuit, consignes en tranchée de 1ère ligne. /- On s'habitue… /- À l'arrière, les camarades romanais. /- En deuxième ligne, les travaux nocturnes, les gaz. /- Retour en 1ère ligne, relèves et bombardements. /- Évacuation à l’ambulance, traversée des Hauts de Meuse sur la roulante.  /- Le tunnel de Tavanne. /- Sous le bombardement. /- Retour à l'arrière.  /- Rumeurs d'offensive.

     III - La vie quotidienne au front 

 - Toilette et vêtements.  /-  Officiers, chefs. /- Les sapes et les gaz. /- La pluie, la boue. - L'hygiène, faire ses besoins. /- Relèves. /- Marches de nuit./- Manque de sommeil. /- Ravitaillement, nourriture et boisson. /- Un bouton qui saute ! Des bretelles qui craquent ! /- Les poux./- Le départ à l'attaque.   
        

     IV - Janvier - Avril 1917, permission, retour au front, La Somme 

- Janvier 17, repos à Mauvages, départ en permission. /- Janvier 17, retour à l'unité, à Mauvages. /- Les femmes. /- La compagnie disci-plinaire. /- "Faut que je lui casse les reins !" /- Février 17, Mauvages, Rantigny, Montdidier, Lignères. /- Des tranchées confortables et inquié-tantes. /- L'hiver 17, le froid et les rats. /- Attaque imminente ? /- Les corps-francs. /- La bataille de La Somme, veillée d'armes et attaque.

 
     V - Avril / mai 1917,  le Chemin des Dames                                                                  
- Acheminement, préparatifs, mutineries, rumeurs inquiétantes. /-  Montée au plateau de Craonne. /- Pagaille et terreur. /- 11 mai 1917, La blessure, le trajet jusqu’à l’ambulance. /- Évacuation à l’hôpital d’Abbeville, convalescence, permission. /- Juillet 17, retour au front, Cuise la Motte, Compiègne, Clamecy. /- Souffrances dorsales.,    

     VI - Octobre 17, La Malmaison, Moulin Laffaux

- Caporal signaleur. /- Veille de bataille - Messe au cimetière. /- Attaque de la Malmaison. /- Prise du plateau de Pinon. /- Novembre 17, permission.

     VII- Janvier 1918 - Février 1919, Alsace, évacuation sanitaire d'urgence,  vers l'hôpital de Palavas           

- Fulleren, Altkirch. /- Douleurs croissantes, invalidantes. /- Diagnostic : Mal de Pott... Évacuation vers Montpellier, Palavas… /- Un hôpital réservé aux malades osseux.  /- Automne 18. Les derniers mois de la guerre, l'armistice.  /- La grippe espagnole., /- Le retour à la vie normale.  
       
                                                                                
                                                              

 
 

               

               






















 






Dernière modification le 15/10/2018



Site propulsé par ZitePlus et personnalisé par 1001mains.net

Identifiez-vous
Déconnexion.

Dernière mise à jour le zp 22/11/2018